• Un spectacle plutôt atypique des 4 « demoiselles »

    Un spectacle plutôt atypique s'est déroulé dans la cours du constructeur de grande roue Reizenrad Lamberink lundi soir. L'entreprise à eu l' idée originale d'illuminer symboliquement ses quatre grandes roues, pour redonner le sourire aux passants, en ces temps de crise... et Dieu sait qu'on en a bien besoin. Parmi les 4 « demoiselles » on aperçoit deux modèles totalement neufs en attente d'inspection avant livraison et deux autres, plus anciennes, en cours de révision.
    La foule était au rendez vous puisque bon nombre de badauds étaient venue contempler ce spectacle aussi insolite que réjouissant. Pour celles et ceux qui ont raté cela, ces petites beautés devraient être de nouveau illuminées ce samedi 4 entre 20h et 22h !
     
    Vidéo : 
     
     
    Source et crédit photo : Lamberink - 
    Lamberink - Reuzenrad bouw, verhuur en revisie
    WWW.REUZENRAD.NL Reuzenrad bouw, verhuur en revisie Source : EEMSKRANT -
    Homepage | Eemskrant | Nieuws uit de regio
    WWW.EEMSKRANT.NL Eemskrant.nl houdt u dagelijks op de hoogte van de actualiteiten uit de regio Appingedam, Delfzijl, Loppersum, Slochteren en de gemeente Eemsmond.  

    Foire du Trône 2020 : décision d’annulation

    Compte tenu de la très forte incertitude sur le calendrier de sortie du confinement et des mesures de restriction de grands rassemblements, l'édition 2020 de la Foire du Trône est annulée. Elle devait se tenir du 27 mars au 24 mai. La Ville accompagnera les Forains dans la mise en œuvre de cette décision difficile.
    Source : 

    La Foire du Trône 2020 annulée - Mairie du 12e
    WWW.MAIRIE12.PARIS.FR Compte tenu de la très forte incertitude sur le calendrier de sortie du confinement et des mesures de restriction de grands rassemblements, l'édition 2020 de... Crédit photo : Foire du Trône Officiel FaceBook

    Flying Circus, le déchu...

    Au courant de l'année 1996, en pleine âge d'or du gros métier forain, une entreprise basée à Vienne en Autriche, spécialisée dans l'acier et le génie mécanique, et un forain audacieux, eurent l'idée de concevoir une machine, unique, grandiose, un colosse d'acier, qui défierait dans un même temps les lois de la gravité, de la physique et la résistance des matériaux.
    C'est alors qu'au printemps 1997, la société Waagner Biro Stahlbau en collaboration avec Mr Peter Barth, forain de son état, présentèrent au public le projet "Magic Arms" 
    (ou les "bras magiques" mais là de suite ça fait quand même vachement moins classe).
    Ainsi naquis le Flying Circus, un nouveau monstre mécanique, un peu à l'image du Misère et au destin tout aussi funeste, hélas... 
    Un de ces manèges où, comme je le dis plus haut, nos foires accueillaient encore des merveilles de technologies, des machines vouées à la démesure et qui de nos jours seraient difficile ou tout bonnement impossible à gérer.
    Principe de l'engin:
    2 bras métalliques équipés de contre poids: un grand, pouvant culminer à (approximativement) 20 mètres de hauteur, tenant en son extrémité un autre bras plus petit, portant lui même une nacelles circulaire comportant trois rangs de 13 places soit 39 places. Cette attraction combinait des mouvements jusque là inédits!  Ces 2 bras à axe verticale, pouvaient tourner indépendamment l'un de l'autre, soit dans le même sens, soit dans le sens opposé. La nacelle, peut tourner sur elle même.

    Quelques données techniques:
    Une machine machine extrêmement lourde comme on peut l'imaginer dont la puissance d’entraînement est toute aussi impressionnante: Il faut compter 4 moteurs asynchrones pour faire tourner le grand bras, puis 2 moteurs pour faire tourner le petit, puis enfin 1 moteur pour la rotation de la nacelle soit 7 moteurs électriques. Pourtant et malgré leur nombre important, la machine en rotation est étonnamment silencieuse. Le bras principal comporte un contre poids composé de 4 disques d'aciers d'approximativement 5 tonnes chacun.

    Le petit bras lui possède un contre poids composé de 2 disques pesant à peu près le même poids. Les 3 rangs de la nacelles sont eux, démontables, tout comme le petit bras, le coude qui le relie au grand bras, la partie supérieure du grand bras, l'ensemble des contre poids qui doivent être stockés sur remorque indépendante. La semi du centre, comportait 4 essieux pour le transport. Je vous laisse imaginer le poids total de cet engin et sa logistique titanesque!


    Autre particularités techniques: les moteurs qui équipaient cette machine, n'ont pas de ventilation indépendante, détail plutôt rare sur un manège car quand on observe les autres machines, où peut apercevoir des turbines de refroidissement.
    4 des moteurs (2 pour l'axe principal et 2 pour le secondaire) sont également équipés de freins à disque à double étrier pneumatiques pour maintenir la stabilité des bras pendant le chargement/ déchargement des passagers.



    L'accès à la nacelle se faisait par une estrade montée sur roulettes, divisée en deux parties, elle pouvait se rabattre vers l'arrière en pivotant, tirée par des vérins pneumatiques. Les deux bras, étaient à vitesses variables, mais la nacelle ne semblait pas avoir cette fonction. L'équilibrage de l'engin était étonnamment bien calculé. 



    J'ai eu la chance de le croiser et de l'essayer lors de sa venue à Palavas les Flots en 2008 et je peux vous dire que même lancé à pleine vitesse, le mat ne bouge que très peu et pour cause, Il n'y a pas moins de 4 jambes de forces pour stabiliser!
    Un style et une identité unique :
    Les puristes s'en souviendront sûrement, la thématique de cette attraction était féerique. Des danseurs, des acrobates... de magnifiques volutes lumineuses et des dizaines de milliers de cabochons éclairaient la structure et les bras. Le contre poids du grand bras portait fièrement le nom de son propriétaire et concepteur: BARTH écrit en néons bleus. La gare était magnifiquement décorées par 4 grandes billes ornées de silhouettes féminines. Une machine à l'identité très forte tant par son style que par son design massif et élégant à la fois.
    Malheureusement, je manque de données techniques plus complémentaires le concernant.
    Ceci dit, il me semblait important de lui rendre hommage sur notre page, car ce métier étant unique au monde,  il a su laisser un souvenir indélébile dans la mémoire des vrais passionnés.
    Une bien triste fin... 
    Malheureusement, et comme bon nombre de ses congénères, lui aussi a été vendu, lui aussi est parti loin...très loin, dans les pays de l'est: au Vidam Park de Budapest plus précisément. 
    Être unique au monde, c'est fascinant, mais c'est hélas une malédiction.
    Vous l'aurez deviné, cette machine était vouée à sa perte, car trop compliquée à maintenir en état, étant donné qu'il n'existe pas vraiment de constructeur ni de fournisseurs adéquats. Le parc a décidé de le démonter fin 2013. Depuis la machine est stockée Dieu sait où (en espérant qu'elle n'ai pas fini à la ferraille).
    Il est hélas, fort peu probable qu'on revoit un jour ce géant mythique, mais vous savez ce qu'on dit: 
    « Tant qu'on pense à elles, les choses qu'on aime ne disparaissent jamais vraiment... »
    Photos  : 

     
    Photos montage : 

     
    Crédit photo : Loick.C Kevin.C Crazypolyp
     
     
     

    POWER MAX: Histoire d'une chute et d'un retour...

    Comme vous le savez sûrement tous, le site Power Max, a tiré définitivement sa révérence au courant de l'année 2016.
    Cela avait d'ailleurs suscité beaucoup d’émotion, tant chez les passionnés que chez les acteurs du milieu forain. Dès lors, de très nombreuses questions demeurèrent sans réponses... 
    Aujourd’hui encore, des membres de l'équipe ou bien moi même, sommes toujours interpellés à ce sujet et souvent mis face à cette éternelle question: POURQUOI?
    Face à toutes ces interrogations, j’ai donc eu envie de vous répondre, via ces quelques lignes, à toutes celles et ceux qui nous suivaient depuis tant d'années.
    J'ai eu envie de vous expliquer toute l'histoire et de mettre avec vous cartes sur table en quelque sorte.
    J'ai eu envie... tout simplement, de vous parler de cette terrible décision, aussi difficile qu'inévitable et qui à conduit à cette triste disparition.
    Lettre ouverte à nos anciens membres : Commençons par quelques présentations voulez vous ?
    Moi, c'est Émeric. 
    Vous me connaissez sous bien des pseudonymes: Emeric73, ou bien encore Merico comme m’appelait Paul, un de nos membres administrateur PowerMax et accessoirement un ami cher. Je fut administrateur de la continuité des sites, puis co-fondateur de la PowerMax Association avec mon camarade de jeux de l'époque: Romuald L, un jeune Nantais avec qui j'ai tapé pas mal de fou rires via le réseau et qui accessoirement est devenu un ami. 

    Nous avions un but: promouvoir le monde de la fête foraine partout en France via notre site internet.
    Nous étions épaulés par une solide équipe de passionnés partout dans le pays. Cette équipe sans laquelle tout ceci n'aurait pas été possible et que je ne remercierais jamais assez. Au fil du temps et des années, Power Max a connu une expansion et une ampleur assez considérables, ce qui, vous vous en douterez, faisait notre plus grande fierté a moi mais aussi à l'équipe.
    Victime de notre succès: Une expansion et une ampleur considérables certes oui mais à un tel point qu'elles en étaient devenues totalement instables voir incontrôlables. Il faut savoir qu'avec plus de 100 000 visiteurs annuels (si si!), nous avons été contraints à une migration vers des serveurs informatiques adaptés ce qui, de ce fait, a entraîné un sur coût de fonctionnement assez considérable.

    Suite à un premier appel à l'aide, de nombreux partenaires sont venus dès lors nous prêter main forte:  Alphamatic, ImprimForain, EddyCaravane ou bien encore la société Matéclair. Il y eu également des participation de familles foraines telles que : Masson, Chiappetta ou Camose...  

    Un malheur n'arrivant jamais seul et après les soucis financiers, ce sont les difficultés de fonctionnement qui ont fait surface:  bugs informatiques, piratages ou bien encore des blocages de notre hébergeur.
    «Flotte mais ne coule pas!» :
    Malgré tout, on se relève et le site continue de vivre...tant bien que mal. 

    Les années passent, on tente des innovations pour gagner quelques euros, de ci de là, pour payer les factures du serveur.
    On lance alors quelques produits dérivés tels que des stylos, des clef usb, des layers et même des calendriers. 
    Hélas, malgré nos tout nos efforts, les choses ne s'améliorent pas et restent trop difficiles à gérer. C'est alors que je tente le tout pour le tout et décide d'investir de ma propre poche, sur mes fonds personnels, pour conserver le site ouvert.
    Quand le destin s'acharne:  Parlons en du destin... il ne m'a vraiment pas épargné: par dessus toutes ces péripéties, de nombreux soucis professionnels et personnels sont venus se greffer à tout cela. Aujourd'hui je peux vous le dire ouvertement: PowerMax était devenue un puits sans fond. Comme je le précise plus haut, Il n'était pas rare pour moi d’injecter de l’argent personnel afin de payer les factures du serveur ou des mises à jour obligatoire de la CMS. Mais je fût très rapidement obligé de tout arrêter et ceci pour une simple et bonne raison: la fermeture de ma propre entreprise qui le renvoie directement par la case précarité !!! Autant vous dire que le moral était vraiment au plus bas. 
    Une décision devenue inévitable : ... et celle ci représente probablement un des sacrifices les plus durs qu'il m'ait été donné de faire, croyez le bien! Toutes ces années de travail réduites à néant...
    Fort heureusement, durant cette traversée du désert, j'ai connu le soutient de vrais amis. Je tiens d'ailleurs et ceci tout particulièrement, à remercier Vincent M. qui à été mon écoute, m'a vivement soutenu à cette époque et qui, aujourd'hui encore, œuvre à mes cotés, je ne le remercierai jamais assez.
    Inutile de le préciser, ces événements funestes, cumulés les uns aux autres, ont quelque peu entamé ma passion pour le milieu des fêtes foraines et celle ci n'était vraiment plus au beau fixe. C'est à ce moment là que je me suis renfermé sur moi même et que j'ai coupé les ponds avec certains.
    Instinct de survie: Néanmoins, voulant limiter les dégâts, je décidais de confier l'ensemble de nos reportages au site FUNMANIA dirigé par mon ami Jonathan L, qui a su reprendre dignement le flambeau.  C'est alors que furent créés l'association J'aime La Fête Foraine dans le même temps.
    Le grand retour de POWER MAX :  Retour? Oui... et non. 
    Je compte effectivement ouvrir un nouveau site qui portera le nom de JLFF by POWERMAX. Autant être franc: c'est une sorte de retour oui, mais PowerMax tel que nous l'avons connue ne pourra plus jamais revenir. C'était quelque chose d’insensé, d'unique et on ne peut pas relancer une pareille institution. 
    Pourquoi rouvrir un site avec le nom PowerMax?  Le nom PowerMax fait partie aujourd’hui de l'ADN de la fête française, il fait partie de son histoire et par conséquent, je me devait de le faire perdurer ce nom.  En réalité ce nouveau site JLFF by PowerMax reprendra les codes de PowerMax, mais différemment. Vous le verrez prochainement.
    Pourquoi intégrer le nom JLFF dans ce nouveau nom?  Parce que JLFF est aujourd'hui l’association qui gère l’ensemble des plate-formes sur Facebook ainsi que sur l'ensemble du web. Cette entité avais été créé par PowerMax et son équipe pour l'ensemble des passionnés et elle remplit largement cette fonction. C'était donc une évidence qu'elle y soit intégrée!
    Je pourrais vous parler ainsi de longues heures durant, mais je me doit de faire court !
    Quoi qu'il en soit, vous connaissez désormais (une toute petite partie) de cette histoire : mon histoire en fait.  
    J’ai souhaité via cette publication, éclaircir les choses, du mieux que je le pouvais. Je ne vous demanderai ni de me juger ni de me comprendre, mais il était essentiel, selon moi, de remettre les choses à plat avant de rouvrir une nouvelle page de ce grand livre d'aventure qu'est et a été Power Max.
    Pour ceux qui me connaissent vraiment bien, ils vous diraient que je fais malheureusement partie de ces personnes qui ne parlent pas de leurs problèmes et intériorise de trop... et hélas c'est bien ce qui aurait, peut être, sauvé les meubles.
    Remerciements: Je tiens à profiter de cette tribune libre pour remercier trois personnes qui comptent énormément pour moi:  

    Tout d'abord Mr Bruno Chiappetta, le premier forain qui m'a ouvert la porte de sa caisse, alors que je n'avais que 13 ans!!.  
    Je me revois avec mon vieil appareil Canon, posé sur une cale en hêtre, je passais mes après-midis avec lui.  Ce monsieur incarne pour moi le père que je n’ai jamais eu. 

    Il y a ensuite Mr Luigi Perrier, un ami pour qui j’ai aujourd'hui beaucoup de respect. Il m’a fait découvrir les coulisses et l’organisation d’une fête foraine. Toutes ces petites choses qu'en réalité, on ne voit pas mais qui ont une si grande importance pour son bon fonctionnement. Je lui doit bon nombre de mes connaissances dans le milieu. Grand merci à lui.
    Et enfin, il y a Mr Stéphane Berlioz, une personne que j’apprécie énormément, avec qui j'ai construit une belle et solide amitié au fil des années. Il fait partie de ces forains à l'esprit ouvert, qui n’hésitent pas à partager avec vous leur amour du métier. Toujours la main sur le cœur et la bonne parole pour vous faire rigoler! Stéphane si tu lis ça... 
    Alors évidemment, je ne vais pas pouvoir parler de tout le monde, mais j'adresse également une grosse grosse pensée pour toute l’équipe de PM  et les personnes avec qui on a travaillé.

    Sachez toutes et tous, que je vous comptez énormément pour moi et que vous avez eu votre rôle, aussi petit soit il dans cette grande et belle aventure. Je n'oublie pas le chemin parcouru et celui qu'on continuera de faire, j'espère encore pour très longtemps.

    Bien à vous. 
    Émeric R.
     
    Co-Ecriture : MadVince

    Corona virus, le jour où les manèges se sont arrêtés de tourner ...

    Depuis le début de cette crise, nombreux articles de presse locale et nationale annoncent les annulations ou fermeture de la quasi totalité des fêtes foraines de France et d'Europe afin de limiter la propagation du virus COVID 19 qui frappe actuellement le pays. 

    Forcé également de constater que les diverses mesures prises par le gouvernement, reçoivent un accueil plutôt mitigé de la part du public et des professionnels.
    Et cela peut se comprendre : comme le soulignent plusieurs économistes, « il y a aura un avant et un après Corona Virus ». Nous sommes tous impactés, et ne le souhaitons pas, bon nombres d'entre nous risques de connaître des pertes financières sans précédent. 

    Une situation totalement inédite:

    Aujourd'hui les risques du virus ont bien été compris par l'ensemble des acteurs du monde festif. Hélas, beaucoup de questions restent encore aujourd’hui en suspend.  Malgré les diverses prises de paroles du président Macron et ses multiple promesses, notamment sur les reports de charges patronales et le gel des crédits, il n'en reste pas moins la question de la perte sèche du chiffre d'affaire (et accessoirement brutale). Il va devenir très difficile pour certains de gérer la situation au quotidien. 
    Ces derniers jour, divers syndicats du monde forain et des associations de droits de défense du travail, ont  planché sur le problème et ainsi tenté de trouver des solutions rapides et adaptées. 
    Cette crise actuelle est d'une gravité qui dépasse largement l'aspect sanitaire.
    Il est à fort à craindre que la profession reçoivent de nouveau un coup très dur dans un contexte déjà fort compliqué. La baisse de l'activité, la hausse de diverses taxes, le déplacement ou la suppression des champs de foire dans certaines villes, et aujourd'hui le virus n'ajoutant hélas rien de bon.
    La question du lendemain, du devenir et de la pérennité de leur entreprise est sur toute les lèvres des industriels forains, et il faudra s'attendre au pire si aucune issue n'est trouvée.
    Tous ou presque ont regagnés leur terrain ou hangar, en attendant de pouvoir reprendre leur activité, à l'image de ces millions de Français et autres entreprises, aujourd'hui tous réduit à un arrêt dont la fin n'est qu'hypothétique pour le moment. 
    Souhaitons et espérons de tout notre cœur, que des solutions soit trouvées et que cette situation, plus qu'angoissante, ne porte pas le coup de grâce à ce milieu qui nous passionne tant et apporte pourtant  tellement de joie et de gaîté et de couleurs dans un quotidien déjà bien gris.
    La princesse fête foraine s'est endormie... souhaitons lui qu'un prince charmant lui rouvrira les yeux
    Co-écriture : MadVince
  • Albums

  • Sujets